^Back To Top

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5

    youtube linkedin pinterest tumblr   

 

Rassegna stampa

Critica

Arte DeGiovanniLuigi

Accesso Utenti

Contatore visite

Newsletter

Chi è online

Abbiamo 29 visitatori e nessun utente online

Siti partner

MurMurOfArt

 

 

 

 

Specchia.it / sezione Cultura

Galleria Mentana Firenze

Luigi de Giovanni a Seulo a dipingere (Galleria Mentana)

 

 

 

 

 

Amministrazione

De l'Italie avec fureur

 

Eh bien oui, rien n'arrive par hasard! Avant tout, ce voyage au coeur de Paris est, pour un groupe d'artistes venant de différentes régions de l'Italie, la réalisation d'un désir commun: la rencontre et la comparaison avec une grande ville de l'art et de la culture, un symbole de liberté universelle et d'accueil. Symbole et réalité qui ne sont pas, aujourd'hui, privés d'aspects problématiques, signes de malaise qui ont été récemment motifs de réflexion et de préoccupations. Français ou italiens, nous sommes aussi et surtout européens, ce qui signifie que les forces et les faiblesses de nos pays seront partagées par tous, de plus en plus. Conscients de cela, chacun peut selon sa place dans la société, construire cette fraternité entre les peuples qui est un des grands idéaux que la France nous a offerts. Cette exposition est donc l'occasion pour nous de présenter de multiples exemples de la créativité made in Italy, une créativité qui apporte nombreux messages tous différents , expressions d'individualités issues de la situation complexe qu'est la réalité artistique italienne, forte de traditions locales très vives, d'académies et écoles d'art présentes dans chaque région, et qui perpétuent l'histoire du territoire. Mais l'art est aussi et surtout un langage universel, aussi l'artiste suit son individualité profonde, et oeuvre à la construction d'un langage universel, de la liberté et de la représentation de chaque différence. C'est la caractéristique principale de cette revue sur l'art italien d'aujourd'hui, dénuée de préjugés, ou d'interprétations préconstituées, dont les participants sont, seuls, ceux qui ont adhéré à ce projet et qui en ont matériellement soutenu la réalisation.
Il est difficile de tracer les lignes d'une lecture critique avec une représentation si fluide. L'exposition tire sa valeur de la présence d'artistes reconnus et d'autres plus jeunes, remarqués lors de concours de jeunes talents. Aussi on rencontre Alessio Artoni, vainqueur du Festival des Arts de Bologne, qui s'impose avec un style dejà défini, à mi chemin entre le figuratif et l'abstraction; d'un tout autres style, Thomas Berra, milanais de vingt ans, a déjà attiré sur lui l'attention d'un critique séléctif comme Achille Bonito Oliva qui a souligné la charge expressive et l'actualité de son oeuvre ; de même Vittorio Sgarbi a dédié, dans son dernier livre, une critique à la qualité du travail de Daniela Griffoni. Ou assiste aujourd'hui à l'affirmation d'une escouade de la Nouvelle Figuration, un style intense, de matrice expressionniste, avec Nina Nasilli, Ardè, Pisciottano, plus attentif à l'harmonie chromatique dans les corps érotiques chez Gil David, (cette dernière revient à Paris où elle a séjourné plusieurs années et où sa formation artistique s'est aussi affinée), qui se retrouve aussi dans les réalisations simplement graphiques mais pleines d'imagination du jeune bolonais Umberto Stagni. Escouade à laquelle je participe moi-même, avec quelques oeuvres sur la séduction. Un autre groupe voit la participation de représentants de la Nouvelle Abstraction, avec des traits plus informels ou post-cubistes, dans lequel on trouve Griffoni, dans la lignée d'une peinture gestuelle enrichie de couleurs byzantines, puis la vénitienne Ennia Gobbo, Vanni Bellea et Leonardo Fiaschetti qui de manières différentes construisent un espace de fragments colorés, ou encore Manuela Veri qui ne s'éloigne pas de la leçon historique de Picasso. Ou trouvera aussi les peintres de la tradition paysagiste, Lidia Pavan de Trevise, Luigi De Giovanni de Lecce, Antonio Ricci de Molise, qui racontent le "bel Paese » avec la spontanéité du langage populaire. A remarquer, la participation de quatre photographes, Mario Vidor, Paolo Gobbi, Gianpaolo Cantelmo et de la jeune Margherita Cecchini, qui représentent tous les quatre des styles différents de la photographie contemporaine. Enfin, de grande renommée, on retiendra le sculpteur Giuseppe Cavallini, qui apporte, dans ses sculptures, la modernité au rêve classique, ainsi que le travail de Penelope, qui récupère l'ancien art du tissage et de la couture pour l'appliquer à des réalisations originales et amusantes. Donc, de l'Italie avec fureur (ce "furor" que connaissaient bien les Anciens latins comme état d'allumage des sens et de la volonté, état presque transcendant que chaque artiste expérimente dans son travail). Notre revue d'artistes italiens contemporains se veut être un petit mais vif signal, car rien n'arrive par hasard, mais nous avons confiance, les prochaines nouvelles conquêtes seront sous le signe de la participation à un amalgame culturel toujours plus libre et partagé. di Daniela Bellotti Traduit de l'italien par Servane de Bienassis